GRIGNON EN FETE !

Depuis soixante-quatre ans aucun bateau n’avait plus franchi l’écluse et emprunté le canal d’Orléans en direction de Montargis. Quand la Belle de Grignon a franchi le sas ce fut un tonnerre d’applaudissements, de sifflets et de hourras. Et surtout une grande émotion. Pour le public et pour l’équipe de bénévoles qui a mit dix ans à construire ce bateau et à organiser cet évènement. La veille la péniche avait été mise à l’eau au cours d’une grande fête nocturne accompagnée d’un spectacle pyrotechnique où l’assistance était nombreuse. Les constructeurs n’avaient qu’une crainte c’est que sur la rampe de fortune qu’ils avaient bâtie pour mettre leur bateau à l’eau la péniche ne se casse en deux. Mais tout s’est parfaitement passé : quand on a coupé à la hache les cordages qui la retenaient la Belle de Grignon a hésité un instant puis elle s’est élancé et après un plouf impressionnant où l’eau a jailli de toutes parts, elle a tracé son premier sillage dans le bassin de l’ancien port fluvial sous les applaudissements. Elle était accompagnée par de nombreuses petites embarcations et par les sifflets joyeux et les acclamations des mariniers. Le lendemain matin, en présence des officiels, la Belle de Grignon a été baptisé selon la tradition. Et toute la journée la fête a battu son plein autour d’elle par une chaude et magnifique journée. Les éditions de l’Ecluse avait un stand sur la fête qui a connu un grand succès. Les romans d’Emile Chalopin qui racontent la vie de ses grands-parents, bateliers, se sont vendus comme des petits pains. De mon côté, j’ai présenté aux lecteurs « La légion bretonne et autres nouvelles de la forêt d’Orléans » avec un certain succès. Désormais, la Belle de Grignon fera découvrir la région aux touristes qu’elle promènera sur le canal jusqu’à Montargis. Mais hélas la partie du canal qui conduit de Grignon à Orléans n’a toujours pas été remise en état et n’est pas navigable. On attend tous avec impatience que les pouvoirs publics fassent le nécessaire comme il le leur est demandé depuis de nombreuses années. Alors peut-être ce sera à nouveau l’occasion d’une nouvelle et grande fête de la batellerie.