Au deuxième salon de Bussy-Saint-Georges

Hier, samedi 16 février 2019, j’ai retrouvé beaucoup de mes copains au salon du livre de Bussy-Saint-Georges. Je me faisais une joie d’y participer car c’était mon premier grand déplacement depuis que je suis sortie de l’hôpital, il y a quinze jours. C’est mon amie peintre, Chesca, qui m’y a accompagnée en voiture et qui en a profité pour présenter quelques aspects de son travail sur mon stand parmi mes romans. L’an dernier le salon de Bussy avait été une réussite qui avait surpris même les organisateurs. Il y avait eu plus d’un millier de visiteurs et tous les auteurs avaient vendu beaucoup de livres. Cette année pour la deuxième édition, les organisateurs avaient eu de grandes ambitions et espéré faire déplacer de deux à trois mille visiteurs. Malheureusement et comme le montrent toutes les statistiques, la vente des livres papier connait depuis quelques mois une diminution importante et les lecteurs attendus n’ont pas été là en aussi grand nombre qu’on avait pu l’espérer. Beaucoup d’auteurs n’ont pas réalisé de ventes ou très peu. Ce salon n’en demeure pas moins une belle réussite : il est convivial, chaleureux et on peut y dénicher des pépites ignorées des grands médias. L’espace est vaste, bien aménagé et confortable. On discuter avec les auteurs sans entraver la circulation des autres visiteurs et sans bousculade.

Cette année le thème du salon était consacré aux Antilles et beaucoup d’auteurs de ces îles avaient été conviés. Les couleurs des madras illuminaient certaines tables et on voyait des enfants et même des adultes costumés. Fabienne Thibeault était l’invitée d’honneur du salon et elle a été très présente et très chaleureuse avec chacun. Malheureusement le livre qu’elle devait publier n’était pas encore sorti et elle a du se contenter de dédicacer ses disques.

J’espère que l’année prochain le troisième salon de Bussy ouvrira ses portes à un public nombreux et enthousiaste et je remercie les organisateurs pour leur travail, leur enthousiasme et leur implication au service des auteurs. En particulier Christa Mallet qui m’avait invitée et m’a accueillie avec amitié et gentillesse.