« Bigué » : lire un extrait

La parution de « Bigué » est prévue pour le 15 novembre prochain. En principe, à partir de cette date vous pourrez commander le roman dans toutes les bonnes librairies. Même s’il ne sera pas sur Amazon pour l’instant. Il n’existe d’ailleurs actuellement qu’en livre papier. Et je verrais en fonction du succès du roman s’il est nécessaire d’en faire une version dématérialisée. Si c’est le cas vous pourrez trouver l’e-book sur Amazon.

En attendant vous pouvez découvrir ci-dessous le début du roman. Bonne lecture !

« L’odeur des serpentins de pyrèthre que l’on brûlait pour éloigner les moustiques, cette senteur si particulière qui imprégnait notre literie et nos vêtements, j’avais fini par l’aimer. Et aujourd’hui, elle est devenue pour moi l’odeur des chambres ombreuses où, par les nuits trop chaudes, on cherche le sommeil. Il suffit que je la respire pour que défilent devant mes yeux les images et les souvenirs de ces deux années de mon enfance que j’ai passées au Sénégal.

Quand nous vivions à Dakar, dans les pièces de notre maison, flottait en permanence ce parfum, car mon père s’attachait à éloigner les moustiques pour prévenir la malaria. Il veillait à ce que nous prenions chaque jour nos comprimés de quinine. Et il devait même se fâcher après Bigué qui renâclait devant ce médicament qu’on lui imposait alors qu’elle ne comprenait pas vraiment son utilité. Et ce, malgré les explications réitérées dont mon père la poursuivait. Il alla même jusqu’à faire appel à mon oncle René, afin que ce dernier, qui avait contracté le paludisme alors qu’il était prisonnier des Japonais en Indochine durant la dernière guerre, effraie notre fatou en lui parlant de cette maladie (…) »