Relire Marguerite YOURCENAR

Avec un grand plaisir, j’ai entrepris de relire une des œuvres de notre première académicienne.

Une œuvre de jeunesse intitulée « Le coup de grâce ». On y trouve déjà toutes les qualités de ce grand écrivain. Un style brillant, un sujet original.

L’action se situe en 1919, durant la guerre civile qui ravagea les pays baltes. Un corps franc allemand occupe un château à moitié en ruine, cerné par les bolcheviques. Un triangle amoureux se forme dont le jeu cruel conduira les jeunes gens qui s’y sont pris au désastre.

Voici un court extrait de ce texte :

« Une ballade allemande dit que les morts vont vite, mais les vivants aussi. Moi-même, à quinze ans de distance, je me souviens mal de ce qu’ont été ces épisodes embrouillés de la lutte antibolchevique en Livonie et en Courlande, tout ce coin de guerre civile avec ses poussées subites et ses complications sournoises, pareilles à celles d’un feu mal éteint ou d’une maladie de peau. »